3 clés pour interpréter et comprendre vos rêves

Mis à jour : mars 24




Le monde des rêves peut être fascinant ou effrayant pour certains, sans intérêt ou dénué de sens pour d’autres. Pour autant, ils nous interpellent souvent au réveil, car ils ne sont pas sans nous rappeler ce que nous vivons au moment présent ou ce que nous ayons eu à vivre par le passé, en remettant en scène des traumatismes, des problèmes non résolus, des germes de projets. Le monde des rêves semble indéchiffrable, car la langue qui y est parlée est celle des images dont il s’agit de décortiquer les divers sens. La puissance de l’image par rapport au mot réside dans la possibilité démultipliée de donner des informations complexes grâce à une symbolisation de l’illustration. S’intéresser aux figures des songes revient à mettre en lumière les symboles qui sont une des clés de voute pour la compréhension des rêves. Ils sont une des voies royale pour se connaître soi-même et devenir qui nous sommes grâce à eux. Le rêve est révélateur de notre nature profonde et de nos désirs de vie.



Le rêve dans l’histoire


Avant de vous donner les clés de l'interprétation des rêves, il est fondamental de revenir sur l'histoire et les différents apports de l'étude des rêves. La compréhension que nous avons actuellement sur l’utilité des rêves n’a pas toujours été la même. Le songe était avant tout un message divin, mêlé de compréhensions hasardeuses liées au mauvais œil, et souvent sujet à la prédiction d’évènements futurs, par exemple, perdre ses dents était un rêve jugé relatif à la perte prochaine d’un être proche. Au fur et à mesure de l’évolution de la compréhension du monde, par les divers apports scientifiques, le rêve est alors perçu comme une production psychique personnelle liée au rêveur, à son histoire, à son être et sa nature humaine.


Freud, fondateur de la psychanalyse



La naissance de l’intérêt nouveau, et scientifique pour l’étude des rêves date du début du XXe siècle, avec la parution de l’ouvrage du fondateur de la psychanalyse et médecin neurologue Sigmund Freud: L’interprétation des rêves (1899).

Il y relate son auto-analyse, et ses rêves qui sont autant de points de départ à de libres associations, l’amenant à explorer et découvrir devant le lecteur une partie de son propre inconscient.

Freud collabora pendant 6 années intensives avec un certain psychiatre suisse, dénommé Jung. Jung y trouvait en effet une «voie sans précédent» vers l'inconscient qui lui permettait une nouvelle approche de certains de ses malades schizophrènes. Pendant ce temps, ils ont partagé une amitié d'une profonde complexité psychologique dont le meilleur témoin se trouve sans doute dans le recueil des 359 lettres qu'ils ont échangées entre 1906 et 1913.


Les apports complémentaires de Jung


Leur entente a fini par s'étioler à la suite de divergences sur l'analyse des rêves. Après sa rupture avec Freud, Jung développa une autre méthode d'interprétation des rêves sans renier les apports du père de la psychanalyse, mais en dépassant ce qu'il considérait comme une fixation unilatérale sur la théorie de la libido. Pour Jung, le rêve ne peut s'expliquer, dans la plupart des cas, qu'à partir de lui-même, sans être réduit à des présupposés théoriques qui lui feraient dire autre chose que ce qu'il dit réellement. Dans cette optique, le rêve, produit de l'inconscient le plus profond qui cherche à se dévoiler, ne se comprend qu'à travers l'effort de l'âme à être reconnue.

Jung y a inclus des "notions essentielles d'anthropologie, d'alchimie, d'interprét