L'art en tant que soin

La découverte de l'art "médecin"

L'art a de tout temps bercé l'humanité et continue de la faire voyager au gré de chants, musiques égyptiennes d’antan aux vertus curatives, aux sons de la médecine taoïste pour soulager le corps et l’esprit, par les peintures rupestres assurant les ressources magiques, les pièces de théâtre aux vertus cathartiques ou les photographies prises aux quatre coins de la planète. D'ailleurs, le proverbe populaire « la musique adoucie les mœurs nous viendraient des écrits de Platon ayant remarqué ses effets éducatifs et apaisants.

L’art n’a eu de cesse de guérir son créateur au cours de l’histoire de l’humanité, tel que l’écrit également le psychiatre Carl Gustav Jung dans son livre « La guérison psychologique ». La musicothérapie « littéralement thérapie par la musique » est une composante de l’art-thérapie qui arrive en occident lors de la Seconde Guerre mondiale pour soulager les douleurs et traumatismes physiques et psychiques des soldats blessés.  Dès 1954, Jacques Jost ingénieur du son, pose l’hypothèse que la musique peut soigner, et teste cette influence pendant 18 ans auprès des patients.

                   

L’art en tant que thérapie passe par différents courants psychologiques avant de s’affranchir de cette sphère dans les années 1970  par un processus de création décrit par Jung, incitant le créateur à être responsable de son propre cheminement.

"L’art comme processus de développement personnel"

Aujourd’hui, l’art-thérapie s’adresse à tout type de personne dans un processus de développement personnel, pour se connaître soi-même sans passer par une psychanalyse ou pour guérir les blessures de l’âme et du corps. L’art-thérapie recrée des mises en forme imaginaires de « soi-même » dans un parcours de création, qui provoque peu à peu la transformation du sujet créateur, lui indiquant le sens afin de transformer « ses maux » en lumière et d’être sujet de sa destinée. L'art-thérapie se pratique en cabinet libéral, clinique ou hôpital, institution, association, collectif de thérapeutes.

L'art-thérapeute détermine le chemin thérapeutique dès l’anamnèse du bénéficiaire et l’ajuste lors de bilans en concertation avec lui; il instaure un cadre sécurisant, bienveillant, confidentiel.

Il l'aide à exprimer sa créativité et à traduire son langage en des pistes d’explorations, qui deviendront ses prises de conscience et de transformations. Il le soutient à trouver sa voie au travers de sa propre voix également (pour les musicothérapeutes).

"L’art-thérapie à l'épreuve des études scientifiques"

Selon le dernier rapport paru en novembre 2019 de l'Organisation Mondiale de la Santé¹, s'appuyant sur un métarésultat de 900 études (dont 3000 passées en revue), l'OMS donne les lettres de noblesse aux arts-thérapies en les classant désormais comme médecine complémentaire (et non plus alternative) et véritable soin de support à la médecine conventionnelle.  Elle identifie la pratique active ou passive des arts comme ayant un rôle majeur dans la prévention de la mauvaise santé, la promotion de la santé, la prise en charge et le traitement de la maladie à tous les stades de la vie notamment pour :

Un soutien pour le développement harmonieux de l'enfant, en cas de maladie mentale ou trouble neurologique, pour l'expérience et les résultats des malades en soins intensifs en améliorant également la compréhension de la santé et les compétences cliniques; en luttant contre le déclin cognitif et accompagnant la fin de vie. Les arts-thérapies améliorent le bien-être et la santé des bénéficiaires d'une manière générale.

 

Un autre rapport sur l’efficacité de l’art thérapie² paru en 2000, faisait déjà état de ses effets positifs dans la connaissance de soi et la reconstruction de l’estime de soi. Ceci avait été confirmé par une étude conduite en 2005 par Hartz and Thick³.

Un rapport⁴ plus récent sur l’efficacité de l’art-thérapie met en évidence ses bénéfices dans la gestion des émotions.

Deux autres études récentes⁵ ⁶ soulignent que la pratique de l’art-thérapie renforce les sentiments positifs, soulage la détresse, la douleur et aide à clarifier les questions existentielles.

Dans le contexte du burn-out, on peut encore citer trois études spécifiques :

 La première⁷ s’intéresse aux professionnels du secteur palliatif et démontre qu’une approche d’accompagnement de ces professionnels par la médiation artistique pour prévenir le burn-out est efficace sur les trois dimensions symptomatiques du burn-out à savoir l’épuisement, la dépersonnalisation et le sentiment d’inefficacité. Les participants montrent également une augmentation significative de leurs capacités à observer leurs pensées et sentiments.

- La seconde⁸, consacrée aux infirmières d’un service d’oncologie, montre également que l’art-thérapie est efficace à améliorer les trois grandes manifestations symptomatiques du burn-out chez le personnel.

- La troisième⁹, consacrée aux employés, suggère que l’art-thérapie est une approche préventive qui permet aux personnes de comprendre le stress, de gérer leur anxiété et de trouver des manières appropriées pour faire face au stress.

  1. Le rapport de synthèse du Health Evidence Network (HEN) sur les arts et la santé cartographie la littérature universitaire mondiale sur ce sujet en anglais et en russe. Il fait référence à plus de 900 publications, dont 200 revues, couvrant plus de 3000 autres études. À ce titre, le rapport représente l’examen des données probantes le plus complet à ce jour sur les arts et la santé.

  2. Reynolds, Nabors, and Quinlan (2000) The effectiveness of art therapy: Does it work? Journal of the American Art Therapy Association, 17(3), 207–213.

  3. Hartz & Thick (2005). Art therapy strategies to raise selfesteem. Journal of the American Art Therapy Association, 22(2), 70–80.

  4. Slayton, D’Archer, and Kaplan (2010) Outcome Studies on the Efficacy of Art Therapy: A Review of Findings. Journal of the American Art Therapy Association, 27(3) pp. 108-118

  5. Gabriel & al (2001). Art therapy with adult bone marrow transplant patients in isolation: a pilot study. Psycho-Oncology Volume 10, Issue 2, pages 114–123

  6. Rhondali W, et al. L’art-thérapie en soins palliatifs : une étude qualitative. Médecine palliative — Soins de support — Accompagnement — Éthique (2013), http://dx.doi.org/10.1016/j.medpal.2012.11.002

  7. Potash & al (2013). Art Therapy Approach to Burnout Reduction for Hospice and Palliative Care Workers

  8. Italia & al. (2008). Evaluation and art therapy treatment of the burnout syndrome in oncology units. Psycho-Oncology, 17 (7), 676-680.

  9. Arija Bake & al. (2010). Effects of art therapy on stress and anxiety of employees. Proceedings of the Latvian Academy of Sciences, Sect. B, Vol. 64.

zen-5533494_1920_edited.jpg

Suivez-nous

  • Relaxôm Facebook
  • Instagram - White Circle

​© 2020 par Relaxôm

Référencement: Annuaire Psychologie |